Publication : 20 avril 2015 Un commentaire pour cette actualité

L’Orangeraie: Coup de coeur 2015 du Club des Irrésistibles

 

Le Club des Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal a choisi L’Orangeraie de Larry Tremblay comme livre de l’année de son 7e Prix.

L'OrangeraieÀ la suite d’un vote tenu à la bibliothèque Robert-Bourassa de l’arrondissement Outremont, l’oeuvre de Larry Tremblay a coiffé au fil d’arrivée les finalistes nommés par un jury composé de 80 membres qui a pris en considération quelque 572 coups de cœur littéraires 2014 des milliers de membres du Club. Rappelons que ces derniers proviennent du Québec, du Canada et d’Europe.

Le jury a reconnu L’Orangeraie (Éditions Alto, 2013) pour la beauté de sa poésie. En 160 pages, ce livre suit le destin tragique des jumeaux Amed et Aziz et dénonce la culture de la haine et l’horreur de la guerre. L’Orangeraie sera adapté et joué au Théâtre Denise Pelletier en 2016.

À propos de l’auteur
Larry TrembalyLarry Tremblay est écrivain, metteur en scène, acteur et spécialiste de kathakali. Traduites dans une douzaine de langues, ses oeuvres théâtrales ont été produites dans de nombreux pays et maintes fois récompensées. Il a publié en 2006 un recueil de récits, Piercing, aux Éditions Gallimard, et son roman Le Mangeur de bicyclette (2002) a été finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général du Canada. Ses pièces The Dragonfly of Chicoutimi, Le ventriloque, Abraham Lincoln va au théâtre et La hache font désormais figure de classiques. Le Christ obèse, roman paru chez Alto en 2012, a été finaliste au Prix littéraire des collégiens.

 

Les finalistes agrémentés de commentaires de membres :

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre (Éditions Albin Michel, 2013)

« Pierre Lemaître saura vous tenir en haleine avec ce «suspense historique»! Nous suivons deux rescapés de la Grande guerre que le destin a unit malgré eux. Ils s’apprivoisent lentement, issus de milieu et de cultures différentes et mèneront une arnaque vengeresse sans égal contre des stratèges militaires sans vergogne. »

En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis (Éditions du Seuil, 2014)

« Rejeté par ses camarades de collège pour ses manières efféminées, par son village et même par sa famille, Eddy, traumatisé, tente de conjurer cette fatalité. Il essaie de rentrer dans la norme sans y parvenir, aussi la fuite est-elle devenue le seul moyen pour lui de s’en sortir. L’auteur fait une analyse sociale de son milieu : violent, inculte, raciste, au langage cru et restreint. »

Un homme, ça ne pleure pas de Faïza Guène (Éditions Fayard, 2014)

« Un roman qui ramène les questions identitaires, alors que le protagoniste doit choisir sa voie dans une famille algérienne établie à Nice. Entre une sœur qui vit à l’occidentale, une autre très traditionnaliste, un père analphabète qui le met en garde contre les larmes qu’un homme doit refouler et une mère très possessive, il devra se forger un destin : pour cela, il commence par se réfugier dans le savoir et la lecture. »

Charlotte de David Foenkinos (Éditions Gallimard, 2014)

« …l’histoire de Charlotte Salomon, une artiste à l’œuvre singulière. Voilà un projet autobiographique complexe. Cette artiste-peintre juive allemande, déportée à Auschwitz à 26 ans, parvient à confier ses toiles avant sa mort, aujourd’hui conservées au musée juif d’Amsterdam. Découvrez sa vie, celle de sa famille et de ses amis. »

Le Chardonneret de Donna Tartt (Éditions Plon, 2014)

« Théo Decker, treize ans, visite avec sa mère le Metropolitan Museum de New York. Elle lui fait admirer « Le Chardonneret », petit tableau du peintre flamand Carel Fabritius. Lorsqu’une bombe explose à l’intérieur du musée, tuant de nombreux visiteurs à commencer par sa mère adorée, le jeune garçon est un des rares survivants de l’attentat. Roman sur le deuil, la solitude, l’amitié, l’amour, l’enfance et le passage à l’âge adulte, l’absence, mais aussi l’art et la couleur. »

 

À propos des Irrésistibles

Depuis 2009, pour souligner la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, le Club des Irrésistibles remet son prix annuel à une œuvre, peu importe le genre littéraire et l’année de publication, qui a reçu le plus de votes de la part des membres du jury comme « Coup de cœur Irrésistibles » durant l’année précédente.

Pour plus de détails sur le Club des Irrésistibles

 

 

 

 




« L’Orangeraie: Coup de coeur 2015 du Club des Irrésistibles » :

Un commentaire

  1. Les Irrésistibles » Le Billet de la semaine  – 

    [...] http://encyclo.bibliomontreal.com/lorangeraie-coup-de-coeur-2015-du-club-des-irresistibles/ [...]





Écrire un commentaire







Retour à la page d'accueil des actualités

Haut de page




RECHERCHE
dans les actualités

RSS : Actualité RSS : Actualités
 RSS : Commentaires

Share