Publication : 12 janvier 2010 Commenter cette actualité

Le centenaire du Devoir

Bibliographie pour adultes |
Webographie |
Vidéo

Par Pierre Chaperon

Indépendance politique et économique, mais pas religieuse
henribourassa.gifLe 10 janvier 1910 paraît le premier numéro du Devoir.
Son fondateur, Henri Bourassa, tient à publier un journal indépendant
des partis politiques et des intérêts économiques, pour promouvoir les
idées qu’il défend en tant que député. D’orientation résolument
nationaliste, Le Devoir prône à ses débuts l’indépendance du
Canada vis-à-vis de la puissance impériale britannique. Bourassa
s’oppose en effet à la construction d’une marine nationale, qui serait
canadienne en temps de paix et impériale en temps de guerre. Il
s’oppose aussi à la conscription lors de la Première Guerre mondiale,
ce qui lui attire une réaction hostile de la part du Canada anglais.

Comme Bourassa l’explique dans son premier éditorial, le nouveau
quotidien a pour objectif de réveiller le sentiment du devoir public
chez le peuple et les classes dirigeantes, et ce, sous toutes ses
formes : religieuse, nationale et civique. Indépendant des idéologies
politiques et des puissances financières, Le Devoir
se veut d’abord un journal catholique, et ses positions reflètent
celles des autorités ecclésiastiques. Cherchant le progrès moral et
matériel des Canadiens français, Le Devoir se caractérise par
un nationalisme franchement conservateur durant le mandat de ses deux
premiers directeurs, Henri Bourassa et celui qui lui succède le 3 août
1932, Georges Pelletier.

Bien que défendant à juste titre les intérêts de l’ensemble des francophones d’Amérique, les journalistes du Devoir
n’en prennent pas moins des positions parfois rétrogrades, versant même
dans la xénophobie, qui paraîtraient indéfendables aujourd’hui.
L’opposition farouche de Bourassa au suffrage féminin constitue un bon
exemple de ces combats d’arrière-garde.

Le Devoir n’en contribue pas moins à l’avancement de la société
québécoise. Il ouvre ainsi ses colonnes à une figure majeure de la
science au Québec, le frère Marie-Victorin, spécialiste de renommée
mondiale de la botanique et auteur d’une somme dans le domaine, Flore laurentienne.
Avec l’appui indéfectible du journaliste Louis Dupire, le frère
Marie-Victorin peut mener à bien l’œuvre de sa vie, le Jardin botanique
de Montréal. L’implication du journaliste, décédé prématurément en
1942, sera d’ailleurs reconnue avec la construction des serres
Louis-Dupire, qui seront unifiées un temps au Jardin botanique.

Avec le Québec sur le chemin de la modernité
gerardfilion.gifÀ partir du 19 février 1947, Le Devoir
amorce un virage nettement progressiste, qui l’affranchira
graduellement de la tutelle des évêques, coïncidant avec l’arrivée de
son troisième directeur, Gérard Filion, qui prend la relève de Georges
Pelletier, décédé le mois précédent. Filion renouvelle l’équipe
rédactionnelle du Devoir, en faisant appel à de nouveaux
talents, comme André Laurendeau, Pierre Laporte, Jean-Marc Léger et
Gérard Pelletier. Le quotidien prend position en faveur des syndicats
lors des grèves de Lachute en 1947 et, surtout, d’Asbestos en 1949,
alors que les patrons peuvent compter sur l’appui de la police
provinciale, mise à leur service par le premier ministre Maurice
Duplessis. Le Devoir combat aussi la corruption policière, en
ouvrant ses pages à Me Pacifique Plante, à l’origine d’une vaste
enquête qui mènera à la destitution d’une vingtaine de policiers, dont
le directeur du Service de police de Montréal. De son côté, Gérard
Pelletier dénonce la situation faite aux enfants qu’on appellera plus
tard les orphelins de Duplessis.

Après avoir timidement appuyé l’Union nationale aux élections de 1948 et de 1952, Le Devoir
fait volte-face et se lance dans une campagne tous azimuts contre le
gouvernement de Maurice Duplessis, campagne qui culmine avec le
scandale du gaz naturel, en 1958, auquel sont mêlés des ministres de
l’Union nationale. Duplessis meurt l’année suivante, alors qu’il est
toujours au pouvoir. L’élection des libéraux de Jean Lesage, en 1960,
marque le début d’une nouvelle ère politique. Le Devoir en
profite pour réclamer, entre autres, la nationalisation de
l’électricité et la création du ministère de l’Éducation, devenant un
acteur majeur du vaste mouvement de réformes qui mèneront le Québec
vers la modernité, la Révolution tranquille.

Tirage modeste mais influence énorme
clauderyan.gifGérard Filion quitte la direction du Devoir en 1963; il siégera, à
titre de vice-président, à la Commission Parent, qui conduira à la
création du ministère de l’Éducation. De son côté, André Laurendeau
coprésidera la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le
biculturalisme. Claude Ryan accède à la direction du Devoir le 1er mai
1964. Sous son règne, le quotidien bénéficie d’une influence qu’il n’a
jamais eue, sans commune mesure avec son très modeste tirage. Le
premier ministre Robert Bourassa consulte très régulièrement le
directeur du Devoir
avant de prendre une décision importante. Après une période agitée, qui
a vu la montée du mouvement souverainiste, le « Vive le Québec libre! »
du général de Gaulle, la crise d’Octobre 70, le front commun syndical
et l’élection du Parti québécois, Ryan quitte Le Devoir le
11 janvier 1978, pour se lancer en politique et succéder à celui
qu’il a si souvent conseillé, à la tête du Parti libéral du Québec.

Michel Roy assure l’intérim pendant près de trois ans, avant que
Jean-Louis Roy soit nommé directeur le 23 novembre 1980, poste qu’il
abandonnera cinq ans plus tard, pour devenir délégué général du Québec
à Paris. Benoît Lauzière lui succède le 3 juillet 1986, pour une
période de quatre ans seulement. Pendant les 12 années qui suivent le
règne de Claude Ryan, la direction du Devoir se prononce sur des enjeux
majeurs à propos de l’avenir politique du Québec : le référendum de mai
1980, le rapatriement de la Constitution et l’Accord du lac Meech.

Une santé financière fragile
lisebissonnette.gifArrivée à la direction le 12 juin 1990, Lise Bissonnette hérite d’un
journal en difficulté financière. Même s’il n’a jamais roulé sur l’or, Le Devoir
a toujours su préserver son indépendance, grâce à une structure
juridique imaginée par son fondateur, Henri Bourassa. La première
directrice du quotidien modifie cette structure en janvier 1993, avec
la création d’une nouvelle société éditrice, Le Devoir inc., qui permet
l’injection de nouveaux capitaux sans affecter l’indépendance dont
jouit le directeur. Ces soucis financiers n’empêchent pas Lise
Bissonnette de se prononcer contre un nouveau projet de réforme
constitutionnel, l’Accord de Charlottetown, auquel elle oppose un « NON »
mémorable. Elle traverse également le référendum québécois d’octobre
1995, avant de se retirer le 5 août 1998, pour devenir
présidente-directrice générale de la Grande Bibliothèque du Québec.
Bernard Descôteaux lui succède à la direction du Devoir le 12 février 1999, poste qu’il occupe depuis.

Haut de page


Bibliographie pour adultes

DVD


La naissance du Devoir, monument national des Québécois, 10 janvier 1910
La naissance du Devoir, monument national des Québécois, 10 janvier 1910

Auteur :
Jean Roy (réalisation)

Éditeur : CinéFête

Fondé en 1910, Le Devoir deviendra au fil des années un véritable
monument national et une institution intimement liée à l’histoire du
pays, grâce notamment à trois journalistes remarquables: Henri
Bourassa, Gérard Filion et Claude Ryan. Le document rappelle la longue
histoire de ce quotidien qui a toujours su conserver son indépendance.

Haut de page


Essais


Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle
Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle

Auteur :
Robert Lahaise (direction)

Éditeur :
Hurtubise HMH

Recueil de 24 contributions sur des aspects variés du journal: son
évolution et son histoire; la façon dont certains sujets ont été
traités. Le tout reflète l’évolution de la société québécoise au 20e
siècle.


Le Devoir
Le Devoir

Auteur :
Pierre-Philippe Gingras

Éditeur :
Libre Expression

Publié l’année du 75e anniversaire du Devoir, ce livre relate les faits marquants de l’histoire du quotidien montréalais.


Le Devoir, les Juifs et l'immigration : de Bourassa à Laurendeau
Le Devoir, les Juifs et l’immigration : de Bourassa à Laurendeau

Auteur : Pierre Anctil

Éditeur : Institut québécois de recherche sur la culture


Le Devoir : un journal indépendant, 1910-1995
Le Devoir : un journal indépendant, 1910-1995

Auteur :
Robert Comeau et Luc Desrochers (direction)

Éditeur : Presses de l’Université du Québec

Recueil de 38 contributions groupées autour des thèmes suivants:
Témoignages des directeurs – Une entreprise de presse singulière – Un
journal de combat – La modernisation du Québec – Nationalismes et
identités – La culture et les arts – La scène internationale – «Le
Devoir» nouveau.


Le Devoir et la crise d'octobre 70
Le Devoir et la crise d’octobre 70

Auteur :
Claude Ryan

Éditeur :
Leméac


Le Québec et le lac Meech : un dossier du Devoir
Le Québec et le lac Meech : un dossier du Devoir

Éditeur :
Guérin

Une documentation essentielle (extraits de mémoires, témoignages,
études, éditoriaux, etc.) pour suivre ce débat crucial pour l’avenir du
Québec.


Flore laurentienne
Flore laurentienne

Auteur :
Frère Marie-Victorin

Éditeur :
Imprimerie de La Salle

Édition originale de cet ouvrage de renommée internationale, dont
l’auteur est intervenu en maintes occasions dans les pages du Devoir,
pour promouvoir le développement des sciences au Québec.

Haut de page


Webographie


Le Devoir.com

Le Devoir.com

La version électronique du quotidien. Une section est consacrée à son
histoire et contient des éditoriaux et des articles significatifs de
différentes époques.


Wikipedia

Wikipedia

La page Wikipedia consacrée au Devoir.


Le Jardin botanique de Montréal

Le Jardin botanique de Montréal

Pour la construction du Jardin botanique de Montréal, le frère
Marie-Victorin a pu compter sur l’appui indéfectible de Louis Dupire,
journaliste au Devoir.

Haut de page




« Le centenaire du Devoir » :

Aucun commentaire n'a été soumis pour cette actualité

Écrire un commentaire







Retour à la page d'accueil des actualités

Haut de page




RECHERCHE
dans les actualités

RSS : Actualité RSS : Actualités
 RSS : Commentaires

Share