Publication : 23 septembre 2014 2 commentaires pour cette actualité

Connaissez-vous les Croque-livres?

Par Dominique Desjardins

croque livres

Avez-vous remarqué ces petits monstres de bois qui ont fait leur apparition dans certains parcs et autres lieux publics?

L’initiative des Croque-livres, inspirée du mouvement nord-américain « Prends un livre ou donne un livre », consiste en un réseau de boîtes de partage de livres destinées aux jeunes âgés de 0 à 12 ans du Québec.

Libre accès à des livres partagés
Lancée en septembre 2014, l’opération Croque-livres vise à rassembler et à engager les communautés autour du plaisir de la lecture. Adoptés par des organismes, des institutions, des entreprises ou encore des individus, les Croque-livres sont des points de chute qui offrent aux enfants et à leur famille un libre accès à des livres partagés.

À l’origine de cette initiative se trouve un comité de partenaires, mobilisés autour d’un objectif commun : promouvoir le plaisir de la lecture chez les enfants. Réuni par la Fondation Lucie et André Chagnon, ce comité comprend l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, l’Association québécoise des CPE, le Comité d’action locale Vaudreuil-Soulanges, la Corporation de développement communautaire de Rosemont, la Fondation pour l’alphabétisation et la Ville de Laval.

Plusieurs personnalités se joignent au mouvement
Le 22 septembre avait lieu la soirée de lancement de l’opération Croque-livres à l’Espace La Fontaine, à Montréal. Pour ce coup d’envoi des personnalités du monde artistique et littéraire se sont réunies en compagnie d’acteurs clés du monde de la petite enfance.

Ainsi, nous avons appris que Dominique Demers, auteur jeunesse prolifique, parraine le Croque-livres de la bibliothèque de Saint-Michel. Aussi, Marc Hervieux parraine le Croque-livres du CPE du Montréal Métropolitain, Brigitte Lafleur celui du Centre montérégien de réadaptation, Jean-François Baril celui de la Maison de la famille La Parentr’Aide et Patricia Paquin celui du Carrefour Familial Hochelaga. Même les sportifs sont de la partie, alors que Chloé, Justine et Maxime Dufour-Lapointe parrainent le Croque-livres du Centre de l’enfance de Rivière-des-Prairies!

À ce jour, on répertorie 15 Croque-livres, qui habitent différents quartiers de Montréal ainsi que d’autres municipalités. Décoré et aménagé différemment dans leur famille d’adoption, chaque Croque-livres a sa personnalité.

Créez votre propre modèle!
Saviez-vous que vous pourriez vous aussi contribuer à la prolifération des Croque-livres? Sur le site web de l’initiative, vous pourrez commander les modèles à assembler, les bricoleurs pourront télécharger des plans et les plus audacieux peuvent, bien sûr, créer leurs propres modèles! Après tout, tant qu’ils ont une bouche pour croquer des livres et des yeux pour voir arriver les enfants, les Croque-livres sont heureux!




« Connaissez-vous les Croque-livres? » :

2 commentaires

  1. Michèle Tremblay  – 

    Quelle fabuleuse idee !
    En effet, un livre, ca doit circuler, et quoi de mieux qu’un presentoir aussi chouette que ces Croque-Livres pour inciter les enfants a se servir !



  2. Carole Thériault  – 

    Savez-vous à quel endroit et/ou à qui sàdresser
    à Québec pour partir le même mouvement de partage? Par contre, ce qui mìntéresserait
    serait quJìl y ait aussi des livres pour les
    adultes. Lorsque je travaillais au dépanneur
    jài mis en route un système semblable mais depuis il y a un nouveau propriétaire et il nà pas tenu à poursuivre le projet.

    Ce que j’ai compris personnellement de l’article sur Alphabeille paru dans le journal de quartier L’Appel c’est qu’ils
    avaient aimé la démarche de Little Free Library qu’il y a aux USA et dans plusieurs
    autres pays.

    Cette approche me plaisait énormément car je trouve que c’est un péché de mettre des livres à la poubelle.C’est d’ailleurs ce que
    plusieurs de mes clients me disaient qu’ils
    faisaient avant que je parte ce projet.

    Le dépanneur se situait dans un milieu pas
    tellement favorisé ou plusieurs n’avaient pas
    tellement de sous pour se payer des plaisirs.

    Plusieurs ont beaucoup apprécié avoir le plaisir de pouvoir prendre un ou des livres
    et ils mentionnaient qu’ils allaient en apporter eux même pour avoir le plaisir de
    donner un peu de plaisir à quelqu’un d’autre.

    D’autres clients me remerciaient à plusieurs
    reprises pour les livres qu’ils avaient réussi à avoir.Un en particulier me répétait
    à quel point il aimait le livre d’Ovide Plouffe et à quel point cela était bien écrit. Un jeune homme a donné un livre sur la Chine à sa soeur qui en a rafollé et lui était si heureux d’avoir pu lui faire plaisir..Il y a aussi un gars qui était dans
    l’armée à qui j’ai proposé une série de livres documentaires sur les guerre.

    Je sais parfaitement que je pourrais aller porter les livres qui ne m’intéressent plus
    au Village des valeurs ou bien un autre centre du genre mais ce que je veux c’est que
    ce soit un geste du coeur qui soit posé car cela fait autant plaisir aux personnes qui donnenet qu’à ceux qui recoivent.Je crois également que c’est excellent pour la santé
    mentale et l’estime de soi de tous.

    Je me dis que je suis naive de croire que je
    puisse faire une différence dans leurs vie mais j’ai tout de même encore espoir.

    Je dois vous avouer que lorsque je voyais le
    bonheur que cela m’a donné cela m’a rejouit
    au plus haut point.

    Je suis désolée de vous embêter avec mes his-
    toires mais cela me fait du bien de partager

    J’espère que plusieurs organismes vont participer à ce projet à Québec.

    Merci d’avoir pris le temps de me lire.

    Carole Thériault





Écrire un commentaire







Retour à la page d'accueil des actualités

Haut de page




RECHERCHE
dans les actualités

RSS : Actualité RSS : Actualités
 RSS : Commentaires

Share